Nos actualités associatives

Le Planning Familial lutte contre la précarité menstruelle

De nombreuses personnes réglées n'ont pas les moyens de se procurer suffisamment de produits de protection menstruelle, ce qui les empêche de vivre leurs règles sereinement et dignement. Pour lutter contre la précarité menstruelle, le Planning 13, en partenariat avec le Crous, tient un stand à la Cité universitaire Les Gazelles d'Aix-en-Provence.

Des culottes et cups menstruelles y sont distribuées aux étudiant·e·s. Une borne de distribution de kit de fabrication de serviettes réutilisables a aussi été placée au local du Planning du 106 bd National à Marseille, en partenariat avec l'association Cœur de Cagoles. Enfin, la Fédération régionale Paca du Planning Familial a prévu une dotation en produits de protection menstruelle, afin que le Planning devienne un lieu de distribution pour les personnes dans le besoin. Ce projet s'accompagne d'une sensibilisation du public à cet enjeu !

Revue SaNg d'EnCRe

SaNg d’EnCRe est une revue d’information et d’expression collective qui aborde notamment des questions liées à la santé, aux modes de vie précaires, à la consommation de drogue, à la réduction des risques.

Dans chaque numéro on trouve plusieurs dossiers et des formes d’expression variées : analyses, témoignages, poèmes, entretiens, dessins, etc. Issues notamment d’ateliers nomades animés par des intervenant·e·s pair·e·s, artistes pour la plupart, et des acteurs·actrices du domaine sanitaire et social. La revue est portée par l’association Nouvelle aube.

Au sommaire du numéro 9 disponible gratuitement dans un certain nombre de lieux à Marseille dont le Planning 13 on trouve notamment deux dossiers où les usagers·s concernées ont largement la parole « Heavy mentaaaal » (psychiatrie) et « Drogues et consos »

Plus d'infos

Lecture - Réinventer l'amour

Mona Chollet est une journaliste et essayiste féministe. Dans Réinventer l'amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles,, essai paru fin 2021 (éditions Zones/La Découverte), elle cherche a comprendre comment le patriarcat impacte les relations hétérosexuelles.

L'autrice analyse le romantisme sous le prisme des rôles sociaux qui conditionnent les hommes et les femmes dans la société patriarcale, afin de montrer les rapports de pouvoir qui se jouent au sein des relations hétérosexuelles. Ces relations de pouvoir existeraient grâce à l'érotisation à la fois de la domination masculine et de la subordination féminine. Le rôle social de l'homme viril, dominant, opposé à celui de la femme féminine, sacrificielle, toujours prête à se remettre en question, donne lieu à des relations totalement asymétriques, qui atteignent leur paroxysme dans la violence conjugale. Ce déséquilibre est maintenu par la construction sociale selon laquelle l'amour est une affaire de femme. Les traits considérés typiquement féminins étant systématiquement dévalorisés par le patriarcat, les hommes sont, de leur côté, conditionnés au détachement et à la froideur. La position de dominée implique de s'intéresser à la psychologie du dominant, au point que les femmes sont poussées à se décentrer d'elles-mêmes pour mieux répondre au désir masculin. Celui-ci est tellement central dans notre culture que les femmes intègrent très jeunes l'objectification qu'elles subissent : « les hommes regardent les femmes ; les femmes s'observent en train d'être regardées ».

Cependant, pour Mona Chollet, une autre réalité est possible. Pour réinventer l'amour, il semble essentiel d'érotiser l'égalité, afin que les femmes soient aimées en tant qu'être-humain à part entière. Autrement dit, il s'agit d'autoriser les hommes à se connecter à leurs émotions tout en permettant aux femmes de se considérer comme des sujets de leur sexualité et non des objets.

Le Planning lance des vidéos de promotion à l'accès à l'IVG pour toutes !

Le Planning familial lance deux vidéos en soutien au projet de proposition de loi visant à renforcer le droit à l'avortement et allonger le délai pour recourir à une IVG à 14 semaines de grossesse. 

En février 2022 aura lieu le 3e passage à l'Assemblée nationale et au Sénat de la proposition de projet de loi (PPL) pour renforcer le droit à l'avortement et augmenter le délai jusqu’à 14 semaines de grossesse.

Au Planning familial, nous recevons tous les jours des femmes qui ont dépassé le délai légal de 12 semaines de grossesse au-delà duquel elles ne peuvent plus avorter en France.

» Lire la suite

Le réseau d’accompagnement IVG du Planning 13

La loi autorise les personnes mineures à avorter sans être accompagnées par leurs parents, à la condition d’être accompagnées par une personne majeure de leur choix. Parfois, il arrive qu’il n’y ait aucune personne autour d’elles à qui elles souhaitent ou peuvent en parler.

Certaines personnes majeures peuvent aussi éprouver le besoin d’être épaulées dans leur parcours pour différentes raisons : soutien moral, garde d’enfants, difficulté avec la langue…

» Lire la suite

On a TRODé !

Le 1er décembre 2021, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le VIH, nous avons TRODé sur le parvis de l’Hôpital de la Conception. L’objectif  était d’aller vers les publics pour sensibiliser, informer, briser les tabous et faciliter l’accès au dépistage VIH.

Le TROD, pour rappel, est un test rapide qui se réalise en prélevant une goutte de sang au bout du doigt et donne son résultat en moins de 5 minutes ! Avant de réaliser le TROD il y a toujours un temps d’échange avec la personne. C’est un moment privilégié pour parler de santé sexuelle, d’IST, de prévention/ réduction des risques et aussi, souvent de manière plus large, de vie affective et sexuelle.

Nous avons été invité·es par le Corevih Paca Ouest Corse qui coordonnait cette action, avec le soutien de la mairie et de l’AP-HM.  D’autres associations étaient présentes : Enipse, Nouvelle Aube, Sol en Si et Autres Regards. Le collectif du 1er décembre et une centaine d’étudiant·e·s en soins infimiers de l’IFSI Ste-Marguerite étaient mobilisé·es dans les différents lieux de TRODs pour aller à la rencontre des personnes, échanger avec elles autour du VIH et les encourager à se faire TRODer.

Nous étions installées dans un camion-ambulance où nous avons pu dépister au chaud (car il pleuvait !) sept personnes, de manière anonyme, confidentielle et gratuite.

Et évidemment il n’y a pas que le 1er décembre où il est possible de se faire dépister par TROD ! C’est possible de se faire TRODer au Planning Familial 13 (106 bd National) lors des permanences d’écoute du lundi au vendredi après-midi, là aussi anonymement et gratuitement.

Alors qu’attendez-vous ?

Collectif Plus Belle la Nuit

Plus Belle la Nuit est un collectif inter-partenarial de réduction des risques qui milite pour la santé festive dans les Bouches-du-Rhône.

Vous pouvez les rencontrer sur leur stand en festivals, free-party, concerts, ou pendant leurs maraudes à Marseille et Aix pendant l’été : iels vous proposeront du matériel (préservatifs, éthylotests, bouchons d'oreilles, roule ta paille, etc.) et des temps d’écoutes. Iels sont également présent·es sur les réseaux sociaux et pendant des temps de rencontres collectifs – Vous trouverez toutes les infos sur leur Fb et Insta !

Dernièrement, Plus Belle la Nuit s’est investie sur la problématique des violences sexistes et sexuelles en milieux festifs, et notamment avec la publication d’une brochure sur le sujet, intitulée On en parle de la soirée d’hier ?. Vous y trouverez des infos et des ressources : ce que dit la loi, le rapport entre consentement et les prises de produits psychoactifs, des adresses d’associations, etc.

N’hésitez pas à passer au Planning ou dans les assos partenaires pour récupérer cette brochure et discuter de ce sujet si vous en ressentez le besoin !

Assos partenaires : Le Tipi festif / Asud / Bus 31/32 / Avenir Santé / Aides

IVG médicamenteuse en accueil collectif au Planning 13, premier bilan

Depuis le 30 septembre dernier, tous les jeudis matins, une médecin ou une sage-femme, avec un.e conseillèr·e conjugal.e et familial·e ainsi qu'une bénévole se réunissent pour accueillir ensemble des personnes ayant décidé d'avorter par voie médicamenteuse dans un cadre collectif.

Cette forme d'accueil permet des échanges d'informations, de savoirs, des partages de vécus et de ressentis entre les personnes présentes concernées par l'IVG. Cela permet également d'aborder les questions de contraceptions féminines et masculines, d'IST, de violences, de plaisirs...

Les accueillant·e·s sont là pour soutenir ces échanges dans un cadre bienveillant. Les consultations médicales individuelles pour la délivrance du premier médicament abortif ont lieu en parallèle du collectif.

D'après les évaluations réalisées auprès de 39 femmes reçues en octobre / novembre, la grande majorité d'entre elles :

  • se sont senties très bien accueillies ;
  • ont pu s'exprimer comme elles le voulaient ;
  • sont reparties avec les réponses à leurs questions et de nouvelles informations ;
  • ont trouvé de l'intérêt aux échanges entre personnes concernées par la demande ;
  • souhaitent revenir au Planning 13 pour leur santé sexuelle.

« Cela m'a rassuré puis il y avait certaines filles qui avaient déjà vécu l'IVG elles nous ont fait part de leurs expériences ; je trouve que cet échange permet de rassurer ainsi que de se libérer au niveau des appréhensions de l'IVG »

« Je suis très contente d'être passée par le planning, je me suis sentie écoutée sans jugement. Merci beaucoup »

« J'ai trop kiffé d'être à plusieurs »

Le premier bilan motive les accueillant.e.s, pour qui la mise en place de cette nouvelle activité a demandé du temps et de l’énergie pour se coordonner, se former, puis s’ajuster et se sentir à l’aise. Les retours positifs font part de solidarité et de liberté d'échange sur l'IVG et la sexualité, sans jugement, entre les personnes présentes, qui se sentent ainsi plus sereines pour vivre cet épisode de leur vie.