Nos actualités associatives

En 2024, je soutiens le Planning Familial 13

Comme chaque année, vous pouvez choisir de soutenir le Planning Familial 13 dans ses actions de deux façons :

- en adhérant et en participant ainsi au processus de vie démocratique de l'association notamment grâce à l'Assemblé Générale qui a lieu chaque année en juin.

L'adhésion est valable de votre jour d'adhésion jusqu'au 31 décembre de l'année en cours.

Si vous êtes un·e particulier, votre adhésion ouvre droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66 % de son montant dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

- en donnant de manière ponctuelle ou régulière

Féministement !

28 février : IVG dans la Constitution ?

Vous souhaitez que le 28 février l’#IVG soit inscrite dans la Constitution ?

L’inscription du droit à l’avortement dans la loi a bientôt 50 ans et pourtant il reste menacé ! Tant qu’il ne sera pas constitutionnalisé, nous ne serons pas à l’abri d’un recul.

Le 28 février, le projet de loi visant à inscrire l'avortement dans la Constitution est débattu au Sénat. Vous souhaitez que ce texte soit voté ? Interpellez vos sénateurs·rices !

Rdv sur le site internet du Mouvement Français pour le Planning Familial national #ivgdanslaconstitution

[Revue de Presse] Marion Mornet : « On continuera à se battre pour que l’IVG soit accessible partout »

Sur le site du média indépendant marseillais Mediavivant, retrouvez le portrait d'une conseillère au Planning Familial de Marseille.

"Alors que l’inscription de l’IVG dans la Constitution doit être votée par le Sénat puis le Congrès, Marion Mornet raconte ses combats au Planning familial 13.

Quand on pousse la porte du 106 boulevard National, un collage noir et rouge vous saute aux yeux : « 53% des personnes VIH sont des femmes » est inscrit en grosses lettres sur un container vert dans la cour.  Un dossier sous le bras, des grosses boucles aux oreilles, Marion Mornet nous reçoit dans les bureaux du planning familial à Marseille.  « On prépare des collages pour la journée du 8 mars, pour visibiliser les femmes dans cette épidémie, et les femmes migrantes qui sont la deuxième population la plus touchée », explique-t-elle, en s’appuyant sur des données de l’ONUSIDA. Marion Mornet se bat pour les droits des femmes depuis ses 18 ans. « Je suis tombée dans la marmite », sourit-elle. Déjà à la fac, « on jouait « Les Monologues du vagin » avec une petite bande et on animait des discussions sur la sexualité », se souvient la conseillère."
Lire la suite de l'article

Le Planning 13 recrute

Un recrutement en cours au Planning Familial 13.

Dans la perspective du départ d'une salariée du Planning Familial 13 courant 2024 à Aix-en-Provence, nous recrutons :

  • Un.e coordinateur.ice de projet de notre action sur le territoire d'Aix-en-Provence.

Cette personne sera aussi amenée à réaliser des missions de Conseil conjugal et familial aussi c'est important qu'elle ait la qualification de CCF si possible.

Dans l'idéal nous aimerions avoir recruté pour début février 2024 au plus tard.

Offre emploi Coordo projet PF 2023 - Aix

N'hésitez pas à faire circuler cette offre.

[Revue de Presse] Marseille trop puissante de Margaux Mazellier

Dans la revue de presse du Planning Familial en ce début 2024, il y a cette chronique du média indépendant marseillais Marsactu par Margaux Mazellier. L'autrice y présente quelques unes des personnes présentes dans son livre à paraitre le 16 février intitulé [Marseille trop puissante].

Dans ce premier épisode, Julia Morandy et sa petite-fille Camille Noble confrontent leurs regards de militantes.

"La nonagénaire est l’une des pionnières du Planning familial 13, premier acteur local des luttes sur la sexualité et la reproduction, créé en 1962 à Marseille."

[...]

"La lutte continue donc mais heureusement la relève est assurée au sein même de la famille puisqu’en janvier 2020 Camille Noble décide de suivre la même formation que sa grand-mère. Le Planning familial a réussi à faire entrer cette formation au répertoire national des certifications professionnelles en 2021 après de longues années de lutte."

[...]

"Aujourd’hui, l’accès à la contraception et le droit à l’avortement restent des piliers de la lutte du Planning Familial 13. Depuis 2014, le taux de recours à l’interruption volontaire de grossesse en Provence-Alpes-Côte d’Azur est le plus élevé de la France métropolitaine. Mais l’association, désormais située au 106 boulevard National dans le 3ème arrondissement, a également diversifié ses actions et ouvert ses portes à de nombreuses associations partenaires locales : stages d’auto-défense pour femmes, groupes de paroles pour les victimes d’inceste, ateliers de sensibilisation à la contraception masculine, programme d’accompagnement à la vie affective, relationnelle et sexuelle des personnes en situation de handicap ou encore accueil des personnes homosexuelles et trans…"

La suite par ici :

Le livre 

Marseille trop puissante - 50 ans de féminisme dans la ville la plus rebelle de France, Margaux Mazellier, parution le 16 février aux éditions Hors d'atteinte.

Bonne année 2024 !

Le Planning Familial de Marseille vous remercie pour votre soutien et vous présente ses meilleurs vœux !

En 2024, le combat continue !

Pour devenir adhérent.e de l'association ou soutenir nos actions c'est par là.

[COMMUNIQUE] Halte aux attaques contre l'IVG instrumentale !

Communiqué de Presse commun ANCIC, ANSFO, Collectif "Avortement en Europe les femmes décident" et Planning Familial, suite à la parution du décret relatif à la pratique des interruptions volontaires de grossesse instrumentales par des sages-femmes en établissement de santé.

Celui-ci prévoit une obligation pour les sages femmes d'être encadrées par 4 médecins pour pouvoir pratiquer des IVG «instrumentales». Seules les sages-femmes doivent être encadrées ainsi, pourquoi ?

L'enjeu est clair ici, au décours d'un décret d'application qui devait être anodin : cela devient une bataille idéologique contre l'IVG instrumentale.

Lire le communiqué :

CP_19122023

Des permanences d'écoute sur rendez-vous à Marseille

Depuis début décembre 2023, il est possible de prendre rendez-vous pour venir nous rencontrer lors des permanences d'écoute à Marseille. Voici le détail :

  • Permanences d’écoute – sur rendez-vous (pris par tel ou sur place)
    Lundi : 13h-17h15
    Jeudi : 13h-17h15
  • Permanences d’écoute – sans rendez-vous
    Mardi : 14h-18h
    Mercredi : 14h-18h
    Vendredi : 14h-17h

Il est recommandé d’arriver au plus tard ¼ d’heure avant la fin de la permanence.

  • Permanences de dépistage TROD

Vendredi : 14h-17h

Toutes les infos

1er décembre 2023 : Journée mondiale de lutte contre le Sida

Des défis considérables à relever !

Communiqué de presse du Planning Familial

En cette journée mondiale de lutte contre le Sida, le Planning familial rappelle son engagement continu dans la lutte contre le Sida et le VIH en France et dans le monde, aux côtés des associations communautaires et auprès des personnes vivant avec le VIH.

Alors que l’objectif mondial, selon les Objectifs du Développement Durable de l’ONU, est de vaincre le VIH/SIDA d’ici 2030, nous constatons que les défis sont encore considérables : 39 millions de personnes sont atteintes du VIH dans le monde. Ces défis tiennent notamment aux discriminations subies par les personnes atteintes du VIH/Sida. En France, la sérophobie reste encore extrêmement présente et a des conséquences dramatiques sur la vie quotidienne et les droits des personnes atteintes par le VIH : stigmatisations fréquentes au cours de leur vie affective et sexuelle, refus de soins ou discriminations en contexte médical de la part de certain∙es professionnel∙les de santé, difficultés voire impossibilité d’obtenir un prêt bancaire, un emprunt ou un logement, ou encore discriminations au sein du monde professionnel.

À cela s’ajoute le visage de l’épidémie, dont les représentations sont bien différentes de la réalité. Encore peu montrées dans les représentations des populations susceptibles de contracter le VIH, les femmes cis représentent pourtant 53% des personnes vivant avec le VIH dans le monde et sont environ 40 000 vivant avec le VIH en 2020 en France, souvent plus fortement touchées par la précarité ou les violences sexuelles. Ces acteurs favorisent leur contamination, notamment pour les femmes en parcours migratoires ; par ailleurs le manque de recherche essentiellement testée sur les hommes, laisse une part d’ombre sur les méthodes de prévention et les soins pouvant convenir aux femmes, notamment sur les usages possibles de la PrEP, qu’on leur propose trop peu souvent.

Les femmes trans sont également particulièrement exposées aux contaminations au VIH : sur les dix dernières années, la plupart des personnes trans diagnostiquées sont des femmes trans (87%), et la plupart d’entre elles sont nées à l’étranger (83%). Les diagnostics d’infection VIH ont plus généralement augmenté de 31% pour les personnes trans contaminées par rapports sexuels entre 2019 et 2022.

Il est nécessaire de mettre fin à cette précarité et ces inégalités, pour tous les groupes vulnérables, et on ne peut que s’offusquer à ce titre du vote de la suppression de l’Aide médicale d'État. Rappelons que les personnes nées à l’étranger représentaient 56% des découvertes de séropositivité en 2022, et sont souvent diagnostiquées tardivement. Le manque d’accès aux dépistages et aux soins qu’entraînerait encore davantage la suppression de l’AME renforcerait la précarité et les difficultés d’accès à la santé des personnes en parcours migratoire, ainsi que la propagation de l’épidémie, et serait donc délétère pour la santé de toustes.

Plus généralement, l’État n’est pas à la hauteur des enjeux concernant la santé sexuelle et ne met pas tout en œuvre pour faire appliquer la loi de 2001 sur l’éducation à la sexualité. Ce défaut d’information se ressent sur le terrain auprès des jeunes, comme le démontre un rapport du Planning Familial qui sera rendu public le 7 décembre prochain : 1/3 des jeunes s’estiment être mal informé·es sur le VIH/sida.

Cette enquête est accompagnée d’une grande campagne de prévention pour les jeunes et par les jeunes, intitulée #DépistezLesToutes. L’objectif est de diffuser des informations précises, claires et objectives sur les IST, de dédramatiser et de lever les tabous qui empêchent encore trop de personnes d’accéder au dépistage et aux soins.

Alors que les progrès sont indéniables, qu’il s’agisse de l’existence de traitements moins invasifs rendant le VIH indétectable dans l’organisme, de la diffusion des moyens de prévention comme la PrEP, ou encore de la recherche de vaccin, il est encore nécessaire de se battre afin de mettre fin à l’épidémie de VIH. Le Planning familial revendique donc :
🔸 Le renforcement de financements pour la recherche avec une approche genrée afin de prendre en compte les spécificités liées aux femmes et aux minorités de genre, et dans la continuité avec les engagements français pris à l’international dans le cadre du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme
🔸 La mise en œuvre réelle de l’éducation complète à la sexualité, en conformité avec la loi de 2001, afin de sensibiliser aux infections sexuellement transmissibles et au VIH, de favoriser un dépistage régulier et des soins et ainsi lever les tabous qui empêchent encore trop de personnes d’y accéder.

Ainsi, le 1er décembre de chaque année, le Planning familial exprime sa mobilisation pour les droits des personnes vivant avec le VIH ou le sida, et dans la lutte contre ce virus !

Ressources :

Le rapport jeunes et IST

Revue de presse et bibliographie

Formation CCF au Planning Familial 13 - nouvelle promotion

Depuis septembre 2023, une nouvelle session de la formation au Conseil conjugal et familial a débuté au sein du Planning Familial 13, dans nos locaux, au 106 boulevard national.

18 stagiaires se sont lancé·es dans cette aventure de deux ans. L’objectif est d’obtenir la certification au métier de conseiller·e conjugal·e et familial·e. Pour ce faire, les stagiaires vivront une quinzaine de regroupements (au rythme d’un par mois environ) et travailleront leur posture au travers de stages au sein du planning familial et à l’extérieur, dans d’autres structures.

À chaque regroupement, une thématique : l’écoute active ou approche centrée sur la personne ; santé sexuelle (avortement, contraceptions, IST, etc.) ; violences conjugales ; violences sexuelles ; éducation à la vie affective relationnelle et sexuelle, parentalités, etc. Le programme est dense et riche.

Le groupe est d’ores et déjà très investi, impliqué dans le processus de formation et prolifique en matières d’échanges, de débats et de ressources. Deux belles années en perspective !

Bienvenue à ielleux !