Agenda

20
Nov

Sensibilisation public sur les transidentités

Atelier

mercredi 20 novembre

16h00 - 18h00

Théâtre Les Gazelles
31, avenue Jules Ferry
13621 Aix-en-Provence

Dans le cadre du TDoR (trans day of remembrance), journée de lutte contre la transphobie

Atelier animé par l’association Transat ouvert à tou·te·s

Entrée libre et gratuite

20
Nov

Ocean en avant-première

Projection-débat

mercredi 20 novembre

20h30 - 22h30

Cinéma La Baleine
31, avenue Jules Ferry
13006 Marseille

Dans le cadre du TDoR (trans day of remembrance), journée de lutte contre la transphobie

Projection en avant-première du documentaire « Océan » (2019, France, 111 min) |réalisé par Océan.

Soirée en présence du réalisateur organisée par le cinéma La Baleine et l’association Transat.

 

22
Nov

Contre les violences faites aux femmes

Rassemblements

Du vendredi 22 au samedi 23 novembre

10h00 - 11h00

Aix-en-Provence

À l’initiative du collectif aixois (dont fait partie le Planning 13) pour l’égalité femmes-hommes.

Cercles de silence autour des violences faites aux femmes suivi suivi d’échanges avec les passant·e·s et distribution de tracts.

  • vendredi 22 novembre de 10h a 11h au marche d’Encagnagne (rendez-vous a 10h devant le superU)
  • samedi 23 novembre de 10h a 11h au marche du jas de bouffan (rendez-vous a 10h à l’entrée du marché)
23
Nov

Contre les violences faites aux femmes

Manif

samedi 23 novembre

14h30 - 17h30


Cours d'Estienne d'Orves
13001 Marseille

Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes

Année 2019, en France

  • une femme est tuée tous les 2,5 jours par son compagnon ou ex-compagnon.
  • 1 femme sur 10 est victime de viol ou tentative au cours de sa vie.
  • 1viol ou tentative de viol a lieu toutes les 8 minutes.

Ces crimes ne sont pas des faits divers, encore moins des “crimes passionnels”. C’est bien le machisme qui tue.
Les violences ne sont pas le propre d’une culture, d’une religion, d’un milieu social, d’une famille ou d’une histoire personnelle. Elles traversent toutes les sociétés et découlent des discriminations dont sont victimes les filles et les femmes.

A des degrés divers, la violence sexiste et sexuelle est partout :

  • dans l’espace public : insultes, menaces physiques, violences sexuelles : 1 femme ou fille sur 4 a subi ce type de violence au cours de l’année
  • sur les réseaux sociaux : 92% des contenus sexistes signalés ne sont pas supprimés par les réseaux sociaux
  • dans l’espace privé : 1 femme sur 10 est victime de violence conjugale,
  • au collège et au lycée : 22% des jeunes filles sont traitées de « putes » ou de ‘salopes’ durant l’année. 1 jeune fille sur 3 déclare avoir été victime de violences à caractère sexuel dans le cadre scolaire
  • au travail : 1 femme sur 5 est confrontée à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle ; seulement 5% des cas sont portés devant la justice.
  • Les lesbiennes vivent des violences multiples en tant que femmes et en tant que homosexuelles. 14 % des agressions physiques rapportées à l’association SOS homophobie les concernent.
  • La prostitution est un système de violence sexiste et raciste : elle touche surtout des femmes (85%), qui sont à 93% des étrangères. La loi d’abolition de la prostitution d’avril 2016 est insuffisamment appliquée alors qu’elle prévoit un parcours de sortie du système pour les personnes qui le souhaitent. Acheter un acte sexuel est un délit, passible d’une amende et/ou d’un stage, il faut le faire savoir.
  • 70.000 jeunes filles menacées de mariages forcés ; 125.000 femmes ayant subi des mutilations génitales

Le plan quinquennal en 2017, Le « Grenelle » cet été ? En réalité, des mesures fragmentées et peu efficaces. Pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles, nous exigeons du Gouvernement, en urgence, de :

  • Développer un plan de formation obligatoire pour tou.te.s les professionnel.le.s au contact de femmes victimes de violences : policier.e.s, gendarmes, magistrat.e.s., médecins, sans oublier les élu.e.s…
  • Intégrer dans les cursus scolaires et universitaires et dans le milieu professionnel, l’éducation à l’égalité entre les femmes et les hommes, dès le plus jeune âge, tout au long de la scolarité et de la vie
  • Généraliser, sur tout le territoire, des dispositifs de protection et d’éloignement qui ont fait leurs preuves : ordonnances de protection, mesure d’éviction du conjoint violent du domicile, téléphone grave danger et bracelet anti rapprochement, facilitation de la mobilité professionnelle si nécessaire,
  • Créer des places d’hébergement conformément à la Convention d’Istanbul
  • Renforcer les moyens des associations pour permettre l’accompagnement des femmes et des enfants victimes de violences conjugales.
  • Donner le statut de réfugiées pour les femmes migrantes ayant subi de graves violences au sein du couple dans leur pays d’origine
  • Appliquer strictement dans le milieu du travail de la loi sur les violences sexistes et sexuelles

Pour financer un tel programme, il faut 1 milliard, comme le fait l’Espagne ; et il ne s’agit pas d’y inclure des fonds déjà alloués et utilisés par ailleurs, comme cela semble être le cas pour les dernières annonces de la Secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Manifestons partout le 23 novembre contre les féminicides et les violences contre les femmes ! Interpelons les pouvoirs publics sur leur responsabilité !

Premières signatures:
L’Assemblée Des Femmes, L’Amicale du Nid, Collectif13Droits DesFemmes13, Centre Evolutif Lilith, Femmes solidaires Mrs , Forum Femmes Méditerranée, Le Mouvement du Nid, Marche Mondiale des Femmes Paca, Mouvement Jeunes Femmes, Osez le féminisme!13, SOS Femmes13,
Aix-en-partage, Attac Mrs, La Cimade , Calme11/12eme, FSU 13, Génération-s Mrs, GRS, LDH,LFI, MDP, MRAP13, UD-CGT13,, PCF, PS-13, Résister Aujourd’hui, Sud Education13, Solidaires 13, UNEF Aix-M

24
Nov

Création féminine afroqueer

Projections & performances slam

dimanche 24 novembre

20h00 - 23h00

Videodrome2
49, cours Julien
13006 Marseille

Dans le cadre des soirées Transversales proposées par le collectif Idem

Comment se construisent les identités, les communautés et les représentations lorsqu’on est afrodescendant·e·s queer ?

En première partie : diffusion et présentation de la série afroqueer Extranostro
Episode 1 par Kis Keya, créatrice de la série.
Extranostro est la première série afroqueer francophone de Kis Keya. Si les deux personnages au centre de l’intrigue sont africains et homosexuels, la série joue sur la diversité. Les personnages centraux et secondaires, représentent ensemble une diversité d’origines, de genres et d’orientations sexuelles.
Elle questionne la visibilité des jeunes noir.e.s queer sur les écrans.

En deuxième partie : P!nkshasa Diaspora (Work in progress) de Joëlle Sambi : un documentaire LGBT congolais dont on verra 2 portraits. Chacun des portraits sera suivi d’une performance slamée par Joëlle Sambi.
P!nkshasa Diaspora est un regard personnel, un premier documentaire sur les vécus des minorités sexuelles et de genre quasi invisibles qui font communauté entre la Belgique, la France et le Congo-Kinshasa.

Une programmation proposée en partenariat avec le Festival des films et des arts LGBTQ Afro de Montréal

Une rencontre avec les deux artistes clôturera la soirée.

23
Nov

Riposte -Autodéfense pour femmes

Stages d'autodéfense pour femmes

Du samedi 23 au samedi 30 novembre

09h30 - 17h00

Planning familial 13
106 bd national
13003 Marseille

Prochains stages d’autodéfense pour femmes Riposte à Marseille :

  • les samedis 23 et 30 novembre

Télécharger la plaquette

» Lire la suite

29
Nov

Rencontres Films Femmes Méditerranée

Festival de cinéma

Du vendredi 29 novembre au samedi 07 décembre

09h30 - 17h00

Plusieurs lieuxMarseille

Présentation de la 14e édition des Rencontres Films Femmes Méditerranée

Pour la cette édition des Rencontres Films Femmes Méditerranée, nous vous offrons une pluie d’étoiles.

Elles éclairent avec émotion, humour, gravité et générosité cet espace tourmenté que dessinent les rives de la Méditerranée: les réalisatrices dont nous avons choisi de montrer les films, courts ou longs métrages, tracent un sillon lumineux entre ces peuples que les guerres, la pauvreté et l’obscurantisme veulent enfermer dans la nuit.

» Lire la suite