Archives agenda

17
Déc

Mobilisation des délogé·e·s et de leurs soutiens

Rassemblement

lundi 17 décembre

17h00 - 19h00

Préfecture
25 rue Sylvabelle
13006 Marseille

À l’initiative du Collectif du 5 novembre : Noailles en colère.

Lundi 10 décembre et malgré l’annulation du conseil municipal, plusieurs centaines de personnes se sont encore mobilisé.es pour le logement, le droit à la ville et en soutien aux délogé.es devant la Mairie de Marseille.

L’Assemblée des délogé·es qui s’est tenue le samedi 8 décembre tient à dénoncer fortement la désinformation orchestrée par la Mairie à laquelle vient s’ajouter une dose supplémentaire de mépris : l’annulation du conseil municipal par M. Gaudin. Les occupant·es à qui l’on a proposé de réintégrer leurs logements sont en effet en réalité laissé·es à l’abandon, sans eau ni énergie, les expertises et arrêtés sont toujours inexistants pour la plupart. Contrairement à ce que dit la Mairie, aucun agent municipal n’a été aperçu pour accompagner les relogé·es dans leurs hôtels et les propositions de relogement ne correspondent pas aux besoins des personnes dans la grande majorité des cas. Là où ce conseil municipal aurait du permettre de prendre des mesures fortes, concernant la gestion de l’urgence comme la résorption de l’habitat indigne, J-C Gaudin décide donc de reporter aux calendes grecques la protection de ses administré·es.

Nous appelons l’ensemble des Marseillais·es à se mobiliser lundi 17 décembre, à 17h devant la préfecture, avant le comité de pilotage qui aura lieu à 18h et où nous serons représenté.es. Nous appelons la préfecture à reprendre en main cette situation catastrophique et obliger l’ensemble des institutions (Mairie, MPM, CD13, Région) à ouvrir de véritables négociations avec les collectifs et associations. L’Etat, compétent en matière de logement, santé et sécurité publique, ne peut pas continuer plus longtemps à se cacher derrière la municipalité et doit enfin prendre sa part de responsabilité dès maintenant pour le relogement des habitant·es.

17
Déc

Indignados

Projection-débat

vendredi 14 décembre

18h00 - 19h00

Local de Solidaires
29 boulevard Longchamp
13001 Marseille

Indignados nous plonge dans la réalité dense et palpable d’une Europe révoltée. Espagne, mai 2011, le cinéaste Tony Gatlif filme à Madrid les milliers de jeunes Indigné·e·s espagnol·e·s qui manifestent contre les inégalités économiques et sociales du monde actuel. Librement inspiré du pamphlet de Stéphane Hessel, « Indignez-vous », qui défend l’idée selon laquelle l’indignation est le ferment de l’esprit de résistance, ce portrait de l’Europe des Indignés raconte également en filigrane le parcours difficile de Betty, une jeune Africaine qui tente d’émigrer en Europe pour trouver du travail et de l’argent. Confrontée aux injustices de l’Europe, la jeune femme est alors témoin de la montée de l’indignation sur le vieux continent…

Information reprise du site d’Approches Cultures & Territoires (ACT)

14
Déc

Réunion d'accueil

mercredi 12 décembre

18h30 - 19h00

Planning Familial 13
106 bd National
13003 Marseille

Une réunion d’accueil des nouvelles personnes souhaitant rejoindre l’équipe bénévole du Planning Familial 13 est organisé le mercredi 12 décembre à 18h30 dans nos locaux marseillais.

Cette première rencontre collective, autour d’un apéro, sera l’occasion de vous présenter l’association et les missions bénévoles possibles au sein du Planning.

Merci de confirmer votre présence par mail.

12
Déc

Lutte contre le sida : mobilisations

Du lundi 26 novembre au mardi 11 décembre

18h30 - 19h00

Bouches-du-Rhône

À l’approche du 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida de nombreuses initiatives ont lieu : dépistages, flashmob, débats, stands, projection…

 

Stands du Planning Familial à Aix

Dans le cadre de la trentième journée mondiale de lutte contre le sida le Planning Familial d’Aix-en-Provence réalisera plusieurs actions spécifiques, sur son stand hebdomadaire a la faculté de Lettres le lundi 3 décembre de 11h30 à 13h30 devant la cafétéria des étudiant·e·s (29, avenue Robert Schumann) et dans les 3 plus gros lycées de la ville (Zola, Cézanne et Vauvenargues) toute la journée les 29 novembre, 4 et 11 décembre. Préservatifs masculins et mixtes mis à disposition, jeu des contaminations, conférence et questionnaire pour tester ses connaissances et débattre avec les animatrices, jeu de l’oie, orientation vers les lieux ressources de la ville, etc.

 

 

Semaine de dépistage

Le Corevih Poc (comité de coordination régionale de lutte contre les IST et le VIH Paca Ouest Corse) organise, à compter du 26 novembre 2018, une semaine de dépistage en Paca Ouest Corse, qui s’achèvera le 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida.
Les objectifs généraux sont de promouvoir et banaliser le dépistage sous toutes ses formes (autotests, Trods, laboratoires de ville, CeGIDD…), ainsi que les partenariats hors les murs.

Télécharger l’agenda et lieux des dépistages à Marseille

Télécharger l’agenda et lieux des dépistages dans les Bouches-du-Rhône hors Marseille

Plus d’informations

 

 

Journée d’étude : Les temporalités du sida

Alors que s’élabore au Mucem l’exposition sur le VIH/sida, la perspective d’une mise en récit temporelle se confronte à la multiplicité du rapport au temps au cours de l’histoire de l’épidémie.
Archétype de l’« événement », phénomène « conjoncturel », l’épidémie renvoie à des échelles temporelles variées. Parallèlement à cette histoire globale, largement gouvernée par celle des avancées thérapeutiques, l’épidémie du sida a généré des expériences collectives fortement différenciées, tout d’abord entre le Nord et le Sud, mais aussi entre les groupes sociaux qui ont vécu des histoires distinctes. Enfin, à une échelle plus individuelle et subjective, l’histoire du sida a vu se succéder différents types de « temps vécus ».
Comment rendre compte de ces temporalités multiples de l’épidémie dans la mise en récit muséale ?

Vendredi 30 novembre 2018, de 9h30 à 17h

Lieu : I2MP (Mucem, entrée basse du Fort Saint Jean, 201 quai du port 13002 Marseille)

Entrée libre libre sur inscription à <i2mp(a)mucem.org>

Programme à télécharger

Événement Facebook

 

 

Projection

Dans le prolongement de la journée d’étude sur les temporalités du sida, venez découvrir ou redécouvrir le film « Zéro Patience », de John Greyson (1993), dans lequel sir Richard Burton est devenu le conservateur d’un museum d’histoire naturelle chargé de monter une exposition sur les maladies contagieuses.
L’ethnologue, explorateur et sexologue construit un discours mythifié et stéréotypé sur l’origine et la diffusion du VIH. Sa rencontre avec le fantôme de « zéro », le présumé coupable, changera peut-être sa perception des choses…

Vendredi 30 novembre 2018, à 19h

Salle du miroir (Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille)

En présence de Didier Roth-Bettoni, journaliste et historien du cinéma LGBT.

Événement Facebook

 

 

Flashmob

Flashmob réalisées par les étudiant·e·s de l’IFSI Sud (institut de formation en soins infirmiers de l’hôpital Sainte-Marguerite)

Samedi 1er décembre 2018, de 11h30 à 13h30

Rendez vous de 11h30 à 13h30 au choix : sous l’Ombrière du Vieux-Port (13001) ou Place de la Joliette (13002)

 

 

 

26
Nov

Rassemblement devant le conseil municipal pour le droit à la ville

Rassemblement

lundi 10 décembre

08h00 - 14h00

Mairie de Marseille
Quai du Port
13002 Marseille

À l’initiative du Collectif du 5 novembre : Noailles en colère.

Avec les collectifs d’habitant·e·s, associations et syndicats nous appelons tous les quartiers de Marseille à un grand rassemblement pour le logement et une ville pour tou·te·s ses habitant·e·s face au conseil municipal.

10
Déc

Groupe de luttes autour de l’avortement

Réunion

lundi 10 décembre

18h30 - 21h00

Manifesten
59 rue Thiers
13001 Marseille

Nous sommes une trentaine à s’être réunies le 26 novembre 2018, autour de l’appel ci-dessous. Lors de cette réunion, nous avons travaillé en petits groupes autour de 4 axes : solidarité internationale, démédicalisation, veille pour l’application de la loi, et avorter au-delà des trois mois de grossesse…

Pour la prochaine réunion à Manifesten nous vous proposons, dans un premier temps, de réfléchir au financement de la caisse de solidarité pour les avortements hors des délais légaux en France, et autour de quelles revendications se mobiliser à ce sujet. Dans un deuxième temps, nous continuerons la réflexion autour des trois autres axes afin de faire émerger des priorités pour la réunion du 10 janvier 2019.

Rejoignez-nous, nombreux-ses, pour ensemble s’informer, réfléchir, imaginer, lutter !

Ouvert à tou·tes, n’hésitez pas à amener à boire ou à manger et à venir avec des ressources à partager (et une clé usb pour se partager des films, etc.)

APPEL

Nous, quelques de féministes, hétérosexuelles et lesbiennes, proches du Planning Familial 13, trouvons que lutter pour l’avortement n’est pas has been…

En effet, si de nombreux droits ont été acquis, beaucoup de personnes se trouvent sans aucune solution pour avorter en France. Passés trois mois, l’IVG n’est plus accessible sur le territoire, alors qu’il l’est en Espagne, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni jusqu’à 6 mois. Certaines situations administratives de femmes nouvellement arrivées en France rendent impossible l’accès à un avortement gratuit. Toutes ces personnes doivent payer 200 à 1200 euros pour réaliser leur choix. Sans solidarité féministe, c’est une mission impossible !

Trop souvent, les femmes qui avortent sont encore isolées, jugées, culpabilisées, maltraitées : obligation d’écouter le cœur de l’embryon, non prise en charge de la douleur pour « retenir la leçon», impossibilité d’en parler à ses proches par peur de leur réaction, tabou social, etc. Les conditions de travail dans les hôpitaux se dégradent à cause des coupes budgétaires, ce qui a nécessairement une incidence sur la qualité de prise en charge des patientes et ce sont les centres IVG qui sont les premiers touchés : fermeture de service, avortement dans les couloirs, choix restreints sur la méthode et le type d’anesthésie, délais très longs pour obtenir un rendez-vous, obligation de changer de département l’été ou quand on s’approche des délais légaux, etc.

Nous voulons que toutes les femmes trouvent une solution pour avorter en France dans des services publics de qualité. Nous voulons un accès gratuit et respectueux dans un environnement sans jugement. Dans trop de pays encore l’avortement est illégal, nous voudrions donc aussi renforcer une solidarité internationale. Si la légalisation de l’avortement constitue un progrès majeur pour la santé et les droits des femmes, nous regrettons la dimension politique, féministe et collective telle qu’elle a pu être portée par le MLAC (Mouvement pour la Libération de l’Avortement et de la Contraception) dans les luttes des années 70. Nous voulons nous émanciper du pouvoir médical et créer les conditions d’avortements qui permettent une réelle autonomie.

10
Déc

Présentation du nouveau numéro de la revue Panthère Première

Rencontre

mercredi 05 décembre

19h00 - 21h00

Casa Consolat
1 rue Consolat
13001 Marseille

Panthère Première, c’est une revue indépendante de critique sociale qui a lancé son premier numéro en septembre 2017 : une publication de cent pages, semestrielle, distribuée en librairies et dans les lieux « amis » (collectifs, militants, festivals…) dont le titre se fait l’écho de la langue vulgaire dont parle Dante, une langue parlée, locale, vernaculaire, qui échappe aux tentatives de fixation.

Panthère Première, c’est une revue publiant des textes (enquêtes, réflexions, récits, poésie) et des images qui interrogent l’existence d’une « sphère privée » et d’une « sphère publique », partant du principe que les phénomènes politiques sont traversants et qu’ils ne s’arrêtent donc pas aux portes d’une catégorie. Les enquêtes et papiers publiés dans Panthère Première se situent donc à l’intersection entre ce qui est renvoyé à l’intime (famille, enfance, habitat, corps, maladie, sexualités…) et les phénomènes qui cherchent à faire système (État, industrie, travail, colonialisme, rapports de genre…). Si l’on regarde bien dans ces entrecroisements, si l’on regarde dans le détail, beaucoup d’aspects sont entièrement laissés de côté par la critique ou l’analyse, ou difficilement regardés comme des objets politiques du fait de leur relégation, bien arrangeante somme toute, dans les tréfonds de l’intime (on peut citer en exemple la violence conjugale ou les maladies professionnelles).

Panthère Première, c’est un collectif éditorial constitué d’une dizaine de personnes investies dans des activités de recherche, d’écriture, de création, accompagnées pour l’occasion par une équipe de trois graphistes. Si la revue publie les papiers et les images de contributeurs et de contributrices, nous avons en revanche opté pour une non-mixité éditoriale, constituée de femmes uniquement. Ce choix nous semble favoriser l’invention de formes de travail et de coopération plus égalitaires, et d’une prise de décision plus horizontale amenant davantage de femmes et/ou de personnes minorisées à être publiées.

Au programme de la soirée : petite présentation de la revue, apéro sur le son du châabi avec les vinyles de Phocééphone, dîner-çorba, jolies sérigraphies

 

05
Déc

Marche pour le droit à un logement digne pour toutes et tous

Manifestation

samedi 01 décembre

15h00 - 21h00


Notre-Dame-du-Mont - Cours Julien
13006 Marseille

Le collectif du 5 novembre – Noailles en colère appelle la population de Marseille à une grande marche pour un logement digne pour toutes et tous ce samedi 1er décembre à 15h depuis Notre-Dame du Mont – Cours Julien.

Nous devons continuer à marteler nos exigences pour un habitat et des écoles dignes, à battre le pavé pour que les responsables du drame de la rue d’Aubagne soient condamnés et que cesse l’incurie de la mairie. Il est urgent que l’Etat de droit soit rétabli pour les plus de 1 500 délogé.e.s, qu’ils soient mieux informés et considérés par les pouvoirs publics, que les arrêtés de péril imminent soient tous rendus publics, et que des concertations avec les citoyen.ne.s soient initiées afin de remettre à plat les priorités de logement et d’urbanisme.

Alors que la municipalité et l’Etat sont en train de créer et entretenir une peur organisée en faisant main basse sur la ville par le biais de nombreux délogements, soyons solidaires et tentons de mettre à bas la fabrique du monstre !

01
Déc

Femme(s) et résistance(s)

Festival

Du mercredi 21 au vendredi 30 novembre

15h00 - 21h00

Théâtre de l'Œuvre
1 rue Mission de France
13001 Marseille

Femme(s) et résistance(s). D’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui

À l’intersection entre éducation populaire et création, entre travaux scientifiques et propositions artistiques, la compagnie Mémoires Vives propose propose un hommage aux résistantes à travers le cycle mémoriel de transmission Femme(s) et résistance(s), d’Ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui. Ces femmes, oubliées par l’Histoire et les mythes nationaux, qui ont résisté aux oppressions, aux régimes autocratiques, à la domination masculine. Ces femmes qui aujourd’hui encore, à travers le monde, doivent résister à ce qu’on veut leur imposer comme emprisonnement ou libération. Ces femmes à qui on veut imposer un modèle de féminité, un modèle de féminisme…

Spectacles, documentaires et performances ; le tout à prix libre.

21
Nov

Création d’un groupe politique autour de l’avortement

Réunion

lundi 26 novembre

18h30 - 21h30

Manifesten
59 rue Thiers
13001 Marseille

Nous, quelques féministes, hétérosexuelles et lesbiennes, proches du Planning Familial 13, trouvons que lutter pour l’avortement n’est pas has been

En effet, si de nombreux droits ont été acquis, beaucoup de personnes se trouvent sans aucune solution pour avorter en France. Passés trois mois, l’IVG n’est plus accessible sur le territoire, alors qu’il l’est en Espagne, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni jusqu’à 6 mois. Certaines situations administratives de femmes nouvellement arrivées en France rendent impossible l’accès à un avortement gratuit. Toutes ces personnes doivent payer 200 à 1200 euros pour réaliser leur choix. Sans solidarité féministe, c’est une mission impossible !

Trop souvent, les femmes qui avortent sont encore isolées, jugées, culpabilisées, maltraitées : obligation d’écouter le cœur de l’embryon, non prise en charge de la douleur pour « retenir la leçon », impossibilité d’en parler à ses proches par peur de leur réaction, tabou social, etc.

Les conditions de travail dans les hôpitaux se dégradent à cause des coupes budgétaires, ce qui a nécessairement un incidence sur la qualité de prise en charge des patient·es et ce sont les centres IVG qui sont les premiers touchés : fermeture de service, avortement dans les couloirs, choix restreints sur la méthode et le type d’anesthésie, délais très longs pour obtenir un rendez-vous, obligation de changer de département l’été ou quand on s’approche des délais légaux, etc.

Nous voulons que toutes les femmes trouvent une solution pour avorter en France dans des services publics de qualité. Nous voulons un accès gratuit et respectueux dans un environnement sans jugement. Dans trop de pays encore l’avortement est illégal, nous voudrions donc aussi renforcer une solidarité internationale.

Si la légalisation de l’avortement constitue un progrès majeur pour la santé et les droits des femmes, nous regrettons la dimension politique, féministe et collective telle qu’elle a pu être portée par le MLAC (Mouvement pour la Libération de l’Avortement et de la Contraception) dans les luttes des années 70. Nous voulons nous émanciper du pouvoir médical et créer les conditions d’avortements qui permettent une réelle autonomie.

Pour toutes ces raisons, nous vous invitions le 26 novembre à 18h30 à Manifesten pour ensemble s’informer, réfléchir, imaginer, lutter !

Venez nombreux·ses !!!

Ouvert à tou·tes

26
Nov

SOS Femmes au Théâtre de l’oeuvre

Exposition-Ateliers-Projection

dimanche 25 novembre

11h00 - 19h00

Théâtre de l'Œuvre
1 rue Mission de France
13001 Marseille

Dans le cadre du festival Femme(s) et résistance(s), d’Ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui SOS Femmes organise une exposition « Toutes Nomades ! » le dimanche 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Cette installation regroupe des œuvres réalisées par des femmes lors d’ateliers organisés au sein de l’association SOS Femmes 13 à Marseille, Istres, Port-de-Bouc et Aix en Provence.

Lors de cette journée, le film de Marion Lary, « De l’enfer à la liberté », réalisé avec des femmes ayant participé aux ateliers vidéos.

Un atelier « Corps-voix-objets » avec Astrid Giorgetta, danseuse de la compagnie Picapica, est proposé, sur inscription. Il aura lieu à 14h30 et sera suivi d’une performance collective à 16h30.

 

 

25
Nov

Marche contre les violences sexistes et sexuelles

Appel à manifestation

samedi 24 novembre

14h30 - 19h00


Cours Estienne d'Orves
13001 Marseille

Le 24 novembre, nous marcherons pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles.

Nous sommes des millions de femmes et d’enfants à avoir subi et à subir encore des violences sexistes et sexuelles qui nous pourrissent la vie.

Nous sommes des millions à avoir vu ces violences abîmer nos amies, nos soeurs, nos amoureuses, nos mères, nos enfants ou nos collègues.

Dans l’espace public, au travail, à la maison, nous exigeons de vivre en liberté, sans injures, ni menaces, sans sifflements ni harcèlement, sans persécution ni agressions, sans viols, sans blessures, sans exploitation de nos corps, sans mutilations, sans meurtres.

Aucune d’entre nous ne doit souffrir de violences et d’attaque à l’intégrité corporelle parce qu’elle est femme. Aucune d’entre nous ne doit cumuler les violences car elle cumule les discriminations. Nous exigeons que les enfants soient protégés de ces violences.

L’impunité des agresseurs doit cesser. La solidarité avec les victimes doit être renforcée. Des mesures ambitieuses doivent être prises, des moyens dégagés pour que ça change vraiment.

Nous allons marcher pour montrer notre nombre, notre force et notre détermination contre ce système inégalitaire et violent.

Après #MeToo, ensemble #NousToutes pour gagner !

Depuis des années, les femmes se lèvent pour dire stop. Aujourd’hui, nous invitons toutes celles et ceux qui veulent comme nous mettre fin aux violences sexistes et sexuelles à marcher avec nous.

RDV le 24 novembre.

 

24
Nov

Rencontre-projection avec Sarah Schulman

Rencontre-projection

jeudi 22 novembre

18h30 - 22h30

Cinéma Le Gyptis
136 rue Loubon
13003 Marseille

Rencontre et discussion autour du livre La Gentrification des esprits de Sarah Schulman (éditions B42) suivie de la projection du film documentaire United in Anger. A History of Act Up’ de Jim Hubbard.

18H30 > Rencontre avec Sarah Schulman

Gratuit

Son dernier livre La Gentrification des esprits paru aux éditions B42 est un retour captivant sur la crise du sida et l’activisme d’Act-Up dans le New-York des années 1980 et 1990.

Présentation par Sarah Schulman et Mathieu Abonnenc, directeur de la collection Culture chez B42. Rencontre animée par le journaliste Emmanuel Moreira.

20h > Projection de United In Anger : A History Of Act-Up

Entre 2,5€ et 6€

Un documentaire de Jim Hubbard (États-Unis / 2012 / Durée : 1h30 / VO)

Ce documentaire retrace la naissance et la vie du mouvement de lutte contre le sida du point de vue des personnes luttant contre l’épidémie. Utilisant la mémoire orale des membres d’Act-Up autant que de rares images d’archives, le film décrit les efforts d’Act-Up alors que le groupe combat l’indifférence sociale et la négligence gouvernementale.

Suivi d’une rencontre avec Sarah Schulman, coproductrice du film et Renaud Chantraine, doctorant spécialiste de la mémoire de l’épidémie du sida en France.

22
Nov

Avortement : un combat permanent

Week-end en soutien à un collectif brésilien

Du vendredi 16 au samedi 17 novembre

18h30 - 22h30

Marseille

La Quinzaine des Féminismes, revient le temps d’un week-end en novembre !

Vendredi 16 novembre : Projection de O fim do silêncio

O fim do silêncio, de Theresa Jessourou, (2009, 52 min)

Brésil, 2009, l’avortement est toujours interdit. Malgré plusieurs propositions de lois soumises au gouvernement, l’interruption volontaire de grossesse reste « légal » dans seulement 3 cas: viol, danger de mort pour la mère et anencéphalie du foetus. Légal mais pas vraiment possible puisque même dans ces cas là, l’avortement se fait au terme de 6 à 9 mois de grossesse.
Malgré l’interdiction, le manque d’informations et de moyens, les Brésiliennes continuent et continueront d’avorter, même si cela signifie de mettre leur propre vies en danger.

Le documentaire O fim do silêncio (La fin du silence), présente le témoignage de quelques femmes, vieilles et jeunes, riches ou pauvres, religieuses ou non, avec ou sans enfants, qui ont avorté illégalement et nous transportent dans la réalité brésilienne d’aujourd’hui.
Teresa Jessouroun, la réalisatrice, nous transmet ses recueils dans le cadre d’une soirée de soutien à un collectif brésilien qui tente de pallier aux lacunes du système de santé public de leur pays :
Informer les femmes sur comment utiliser les médicaments à moindre risques; désacraliser l’interruption de grossesse, trop souvent associée au pêcher chrétien; offrir un espace d’écoute et un soutien concret aux besoins des Brésiliennes qui souhaitent avorter, etc.
démarches que ces groupes mettent en place au jour le jour de manière informelles, et dont les actions dépendent aussi d’argent !

Ouvert à tou·tes

18h au Vidéodrome 2, entrée prix libre + 3€ adhésion à l’association

Projection suivie d’une discussion-présentation des conditions actuelles de l’avortement au Brésil ainsi que du collectif soutenu et d’un repas prix libre.

 

Samedi 17 novembre 2018 : concerts féministes

Pompom Sauvage : duo musical poétique et chaotique.

Ursula La La : chansons à prétexte

La Chasse : occult noize punk

Ouvert à tou·tes

20h30 à La Tache, entrée : prix libre + adhésion à l’association 1€.

Les fonds récoltés serviront, à acheter des pilules abortives pour le Brésil.

 

Avec le soutien du Planning Familial 13

16
Nov

Marche de la colère

Manifestation

mercredi 14 novembre

18h00 - 22h30


Rue D'aubagne
13001 Marseille

Suite au drame de la rue d’Aubagne, les habitant·es du quartier réuni·es en assemblée mercredi 7 novembre appellent à une marche de la colère le mercredi 14 novembre, afin de rendre une nouvelle fois hommage aux victimes et nous assurer que cela ne se reproduise plus jamais.

Nous appelons tous les quartiers de Marseille à nous soutenir et à commencer à se fédérer pour réclamer un logement digne et sûr pour toutes et tous.

5 novembre : nous n’oublierons pas !

14
Nov

Marche blanche pour les habitant·e·s de Noailles

Manifestation

samedi 10 novembre

15h00 - 22h30

Notre Dame du Mont
13006 Marseille

Marche blanche en soutien aux victimes de la rue d’Aubagne et pour la dignité des habitant·e·s du quartier de Noailles. Exprimons notre colère et notre solidarité.

 

 

10
Nov

Mobilisation contre les LGBTphobies

Rassemblement

samedi 03 novembre

17h00 - 19h00

Ombrière du Vieux Port
13001 Marseille

Depuis le début de l’année, et plus particulièrement ces dernières semaines, les agressions lesbophobes, gayphobes, biphobes ou transphobes se succèdent sur l’ensemble du territoire.

Nous, personnes LGBTI+ et allié·e·s, appelons à un rassemblement massif le samedi 3 novembre à 17heures sous l’Ombrière du Vieux Port.

Nous, personnes LGBTI+ et allié·e·s, souhaitons l’unité, la visibilité et surtout une mobilisation à la fois revendicative et festive pour montrer tout notre soutien aux victimes et exiger des pouvoirs publics locaux des mesures concrètes contre les LGBTphobies et en faveur de l’égalité des droits.

03
Nov

ZeFestival, Festival du film lesbien gay bi trans

Festival de cinéma

Du jeudi 18 au dimanche 21 octobre

17h00 - 19h00

Marseille

Ze Festival est organisé par l’association Polychromes. Il se déroulera dans différentes villes de la région Paca : Nice, Seillans, Toulon et Marseille.

18
Oct

Rencontres Films Femmes Méditerranée

Festival de cinéma

Du jeudi 04 au samedi 13 octobre

17h00 - 19h00

Marseille

Créées en 2005 à Marseille les Rencontres Films Femmes Méditerranée affirment plus que jamais leur vocation : découvrir, soutenir et diffuser le cinéma des réalisatrices et des actrices de la Méditerranée.
Un cinéma de femmes, exigeant, surprenant, parfois dérangeant, une énergie irrépressible qu’une actualité souvent dramatique ne parvient pas à décourager, des regards singuliers qui racontent tant le drame que la comédie et toujours la vie.Des femmes témoins de leur temps. Des femmes engagées.
Des battantes et des combattantes.

« Mais qu’est-ce qu’elles veulent ? » Le titre du film de Coline Serreau, de 1977 résonne aujourd’hui encore avec l’histoire des femmes, un peu partout dans le monde. Les treizièmes Rencontres choisissent de montrer ce dont les cinéastes méditerranéennes se font l’écho, de leur désir de liberté et de justice aux menaces sur leurs droits en temps de crise.

Programme 2018 à télécharger

04
Oct

Droits des femmes : révolution, régression ?

Projection-débat

samedi 06 octobre

14h00 - 17h30

Mucem
Esplanade du J4
13002 marseille

Dans le cadre des Rencontres Films Femmes Méditerranée

Droits des femmes : révolution, régression ?, projection et table ronde à partir de 14h à l’auditorium (niveau –1 du Mucem)

Plus de quatre décennies après la loi Veil (1975), le droit à l’avortement subit une offensive concertée en Europe, menée par une nouvelle génération de militants, maîtres en communication et en pétitions. De la Pologne à la Hongrie, et de la France à l’Italie, ce film mène l’enquête sur ces croisés modernes qui, entre conservatisme et style pop, exercent un puissant lobbying à Bruxelles et invoquent les atteintes aux droits de l’homme dans leur guerre contre l’IVG.

14h15 > Projection du documentaire « Avortement, les croisés contre-attaquent » d’Alexandra Jousset et Andrea Rawlins-Gaston (France, 2017, 52 min)

15h15 > Table ronde avec Avec Alexandra Jousset et Andrea Rawlins-Gaston (réalisatrices), Irène Théry, Sanaa El Aji (sociologues) et Florence Rochefort (historienne). Modératrice : Karin Osswald (journaliste)

06
Oct

Associations : l'état d'urgence

Débat

jeudi 04 octobre

20h00 - 23h00

Théâtre de l'Œuvre
1 rue Mission de France
13001 Marseille

Marsactu et le Théâtre de l’Œuvre vous proposent une soirée consacrée aux difficultés du milieu associatif.

Face à la réduction des financements publics le milieu associatif traverse une période de forte turbulence qui préoccupe ses acteurs. Quel futur attend les associations ? Comment assurent-elles leurs missions dans ce contexte ? Quelles sont les attentes de leurs financeurs ?

Pour débattre de ces questions, nous recevrons :

  • Marie-Emmanuelle Assidon, préfète déléguée pour l’égalité des chances
  • Samia Chabani, directrice de l’association Ancrages et membre du conseil présidentiel des villes
  • Arlette Fructus, adjointe au maire de Marseille au logement, à la politique de la ville et à la rénovation urbaine
  • le collectif des associations citoyennes

Ce débat sera aussi rythmé par des interventions d’acteurs du monde associatif et par des temps d’échange avec le public.

Ouverture des portes à 19h30, bar et petite restauration prévus sur place.
Entrée gratuite (réservation fortement conseillée sur Eventbrite).

04
Oct

Avortement, les femmes décident ! Pour le droit à l’avortement dans toute l’Europe

Appel à mobilisation

vendredi 28 septembre

12h00 - 14h00

Ombrière du Vieux Port
13001 Marseille

Mobilisations partout en Europe autour du 28 septembre 2017

En solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l’avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l’égalité en Europe.

Aujourd’hui, le droit à l’avortement au sein de l’Europe relève de la compétence de chaque État. Interdit à Malte, sous hautes contraintes en Irlande, en Hongrie et en Pologne, le droit à l’avortement, même légalisé est, peut ou pourrait être remis en question par le maintien de la clause de conscience des médecins (Italie), l’absence de structures hospitalières adéquates (Grèce, Bavière), les restrictions de personnels et les suppressions des centres pratiquant l’avortement lors de restructurations hospitalières (France), et, dans tous les pays, par l’élection de gouvernements réactionnaires, conservateurs et rétrogrades.

Nous réaffirmons que :

  • L’accès à l’avortement est un droit ;
  • L’avortement est un choix personnel – mon corps m’appartient, je choisis ma vie ;
  • Des moyens financiers doivent être donnés pour que les centres pratiquant l’avortement et les centres de planification soient accessibles à toutes sur les territoires ;
  • Des campagnes tous publics sont nécessaires ;
  • L’éducation à la vie sexuelle doit être prodiguée à toutes et à tous pour qu’elles et ils puissent avoir des choix libres et éclairés ;
  • La formation aux techniques d’avortement et à l’accompagnement doit faire partie intégrante de la formation initiale des professionnel/les de santé ;
  • La clause de conscience des professionnel-les de santé doit être supprimée ;
  • Les délais légaux pour avorter doivent être harmonisés sur ceux des pays les plus progressistes en Europe et les États doivent dépénaliser totalement l’avortement.

Nous appelons à la construction d’une mobilisation européenne autour du 28 septembre 2017, journée internationale du droit à l’avortement, où chaque pays inscrira ses revendications en vue d’une harmonisation européenne pour le respect des droits des femmes.

28
Sep

On ne naît pas homme, on le devient

Projection-débat

mercredi 19 septembre

20h30 - 22h30

Vidéodrome 2
49 Cours Julien,
13006 Marseille

L’association Peuple et Culture Marseille vous invite à la dernière soirée du cycle de projections documentaires sur la construction des masculinités. La projection sera suivi d’un débat avec le Planning 13 notamment.

Pour cette dernière soirée, nous souhaitions interroger le rapport à la paternité. Que transmet-on de son identité, de ses constructions masculines en tant que père ? C’est la question abordé par le film “Quelque chose des hommes de Stéphane Mercurio (2015, 27mn). La réalisatrice a suivi le photographe Grégoire Korganow lors de l’élaboration de la série photographique “Père et fils”, dans laquelle il demande aux duos photographiés de poser côte à côte, le torse dénudé. Ce dispositif, qui crée une proximité très peu souvent éprouvée, met à jour les liens intimes, complexes, tendus, drôles parfois, qui se tissent entre un père et son fils.

Cette question de la filiation est au coeur du second film proposé, “La place de l’homme” de Coline Grando (2017, 60mn). La réalisatrice interroge des hommes s’étant retrouvés face au choix de devenir père, suite à la grossesse imprévue de leur conjointe, dans de nombreux cas suivie d’une interruption volontaire de grossesse. Le parti-pris singulier du film, celui d’interroger des hommes sur ce sujet, permet de recueillir une parole jusque là absente. Ces hommes livrent leurs doutes, peurs et interrogations face à cet évènement. Mais en leur donnant la parole, Coline Grando interroge plus largement leur rôle en tant qu’homme dans la société, face à leur rapport à la filiation, à l’amour et la sexualité, aux relations femmes-hommes…

19
Sep

Transform! #3

Festival de créations queer contemporaines

Du mardi 04 au mercredi 12 septembre

20h30 - 22h30

Marseille

Le festival Transform!,  festival des créations queer contemporaines – revient pour sa troisième édition avec un esprit toujours plus festif, contemporain, nomade et militant !
Cette année encore, la programmation de Transform! dit le dynamisme, les combats, les luttes et les engagements sociétaux du Collectif Idem en montrant la vitalité des cultures minorisées et invisibilisées face aux discriminations raciales, culturelles, de genres et d’orientation sexuelle, dont elles sont victimes.
Transform! montre la pluralité de ce qui nous fait, de ce qui nous constitue : nos sexualités, nos corps, nos désirs, nos identités plurielles, nos cultures multiples.

 

+ Le programme

04
Sep

Vivacité

Festival

dimanche 09 septembre

10h00 - 18h30

Parc Borély
13008 Marseille

Pour la deuxième fois, le Planning Familial 13 participe au festival des associations de Marseille, avec près de 400 autres associations ! Retrouvez-nous entre 10h et 18h30 au Parc Borély.

Retrouvez-nous sur notre stand pour découvrir l’association, nos actions et nos projets. Des militant·e·s bénévoles et salarié·e·s seront présent·e·s pour répondre à vos questions et échanger.