Archives agenda

19
Mai

VIH/sida : l’épidémie n’est pas finie

Rencontre-débat

mercredi 16 février

19h30 - 21h30

Librairie L'Hydre aux mille têtes
96, rue Saint-Savournin
13001 Marseille

Soirée à plusieurs voix entre débat, témoignage et lecture-performance autour de l’exposition et du livre « VIH/sida : l’épidémie n’est pas finie ».

Avec Mary Bassmadjian, Natacha Cauvin, Renaud Chantraine et Paul-Emmanuel Odin qui nous parlerons de l’exposition « VIH/sida : l’épidémie n’est pas finie » visible au Mucem jusqu’au 2 mai 2022 et du catalogue coédité par Anamosa et les éditions du Mucem.

En pleine pandémie, la réalité de l’épidémie du sida est présentée dans une exposition au Mucem, dont ce livre se fait l’écho. Son apparition et sa propagation dans les sociétés contemporaines ont provoqué des bouleversements intimes et sociaux, révélé des fractures et suscité des luttes historiques. Notre société porte les héritages de ces luttes. Luttes qui se poursuivent, pour briser le silence, éviter les nouvelles contaminations et réduire les inégalités, notamment en termes d’accès aux traitements.

À noter qu’à 18h aura lieu l’inauguration de l’exposition « Encore heureuses – Portraits de femmes porteuses du VIH » à la mairie 1-7 (61 La Canebière, 13001 Marseille)

16
Fév

Journée Dechaîné·e·s à la Belle-de-Mai !

Atelier vélo, projection

samedi 12 février

12h00 - 18h00

Place Cafffo & cinéma Le Gyptis
36, rue Loubon
13003 Marseille

Dans le cadre d’un événement autour du vélo avec un atelier d’auto-réparation et une vélo école à destination des habitant.e.s de la Belle de Mai, le collectif des Déchaîné.e.s et le Cinéma le Gyptis projettent « Wadjda » d’Haifaa Al-Mansour.

L’atelier et la vélo école sont en priorité destinés aux habitant.es du quartier, la projection est ouverte à tous.tes !

  • 12h à 15h : atelier réparation de vélos et vélo-école
  • 15h15 : goûter dans le hall du Gyptis, on se régalera avec des pâtisseries de l’assocation Tiwizi together.
  • 16h30 : projection du film (à partir de 9 ans, enfants bienvenu.e.s)

Une garderie sera proposée par les Déchainé.e.s pendant le film.

12
Fév

Ode à bell hooks

Arpentages, conférence

vendredi 11 février

10h00 - 17h30

ESAD (École supérieure d’art et design)
Place des Beaux-arts
26000 Valence

Journée d’hommage et de réflexion (coordonnée par Johanna Renard)

Grande voix du féminisme noir américain, la théoricienne, autrice, militante et enseignante bell hooks (née en 1952) s’est éteinte le 15 décembre 2021. Ses ouvrages féministes articulant genre, race et classe ont ouvert la voie aux luttes et aux pensées afroféministes contemporaines. Plaçant les expériences individuelles et collectives au coeur de sa réflexion, bell hooks a également élaboré une approche de l’éducation comme espace d’émancipation et de transgression. Entre lecture, réflexion et rituel, cette journée se veut un hommage à plusieurs mains et en plusieurs temps.

  • 10h-12h : arpentages [lectures collectives] de Ne suis-je pas une femme ? Femmes noires et féminisme ; De la marge au centre : théorie féministe et Apprendre à transgresser de bell hooks
  • 12h-13h : discussion collective
  • 13h-14h : déjeuner
  • 14h-16h : conférence de Nassira Hedjerassi : Penser avec bell hooks : féminisme, pédagogie et émancipation. À partir d’une perspective féministe révolutionnaire noire, bell hooks a défendu la pédagogie comme pratique de la liberté et de la transgression, en prenant en compte ensemble les oppressions de sexe, de classe et de race. La conférence propose de découvrir les enjeux d’une philosophie de l’éducation engagée vers la libération de toutes et tous.Nassira Hedjerassi est sociologue et professeure en sciences de l’éducation à Sorbonne Université (Paris). Elle travaille notamment sur les féminismes africains-américains, décoloniaux et subalternisés ainsi que sur les pédagogies critiques féministes. Autrice de plusieurs textes sur bell hooks, Nassira Hedjerassi a contribué à faire connaître ses textes en France.
  • 16h30 : clôture : rituels d’hommage par les étudiant·e·s (lectures, performances, gestes)
11
Fév

Nuit des idées - (Re)construire ensemble

Tables rondes, stand associatifs & lecture musicale

jeudi 27 janvier

18h30 - 23h30

Mucem
Esplanade du J4
13002 Marseille

Dans le cadre de l’édition 2022 consacrée au thème « (Re)construire ensemble », le Mucem propose deux tables rondes, une lecture musicale, et un forum des associations, en complicité avec le comité de suivi de l’exposition « VIH/sida » et le Comité de coordination régionale de lutte contre les IST et le VIH (Corevih).

  • 18h30 à 20h > Table ronde > VIH et Covid 19 : parallèles, divergences, enseignements
  • 20h45 > Projection et lecture musicale < Encore heureuses
  • 22h à 23h30 > Table ronde Lutter contre le VIH à Marseille : territoire et enjeux

De nombreuses associations dont le Planning 13 seront présentes autour de stands.

18h30 à 20h > Table ronde

VIH et Covid 19 : parallèles, divergences, enseignements

20h45 > Projection et lecture musicale

Encore heureuses Par le théâtre de l’Œuvre

Portraits de femmes séropositives, récits et photographies, projection et lecture (issue de l’exposition Encore Heureuses)
Lectrices : Julie, Mary, Mélissande, Nathalie

Une quinzaine de femmes, porteuses du VIH, tout âge, origine, situation sociale… bénéficiant d’un accompagnement par le RSMS (Réseau Santé Marseille Sud), ont posé sous les feux de la rampe du Théâtre de L’Œuvre à Marseille, pour une séance photo en écho avec la représentation qu’elles souhaitent donner d’elle-même. Lors d’un entretien en coulisse, elles ont raconté leur expérience singulière, le mode de contamination, l’annonce, les peurs, la maladie, les traitements, le rapport à leur corps, à leur être, à leurs proches, à la société… l’isolement, le rejet parfois, le soutien aussi, la force, l’entraide, les combats à mener, les élans, les espoirs.

Pour la Nuit des Idées, quatre d’entre elles lisent des extraits des récits accompagnées de la projection des photos et de musique.

22h à 23h30 > Table ronde

Lutter contre le VIH à Marseille : territoire et enjeux

27
Jan

À table pour la caisse de solidarité pour les IVG en délai dépassé !

Cantine de soutien

vendredi 14 janvier

19h30 - 23h30

Manifesten
59 rue Thiers
13001 Marseille

Une des bénévole du Planning 13 organise avec la cantine de soutien Manifestin un repas pour renflouer la caisse de solidarité de l’association afin de financer les IVG en délai dépassé (plaquette en pièce jointe) qui est vide en ce moment.

En effet, chaque année, plusieurs milliers de personnes sont contraintes de partir avorter à leurs frais à l’étranger car le délai légal français est dépassé. Le coût financier (intervention, transport et hébergement) peut rendre l’IVG impossible ou générer une précarisation économique importante.  C’est pourquoi le Planning Familial, en parallèle de son plaidoyer politique en faveur de l’allongement des délais, met en place des caisses de solidarité pour soutenir les personnes dans leur démarche d’IVG.

N’hésitez donc pas à venir manger à prix libre vendredi 14 janvier 2022 à Manifesten !

Télécharger la plaquette du Planning 13 « IVG délai dépassé »

 

14
Jan

Les damnées de la mer

Rencontre-débat

jeudi 13 janvier

19h00 - 21h00

Librairie L'Hydre aux mille têtes
96, rue St-Savournin
13001 Marseille

Rencontre avec Camille Schmoll autour de son livre Les Damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, paru aux éditions La Découverte.

Longtemps, les femmes ont été absentes du grand récit des migrations. Elles sont pourtant nombreuses à quitter leur foyer et leurs proches, et à entreprendre la longue traversée du désert et de la Méditerranée.
Fondé sur une recherche au long cours, menée aux marges de l’Europe, en Italie et à Malte, Les Damnées de la mer est une enquête sur la trace des survivantes. Au fil des récits recueillis, le livre restitue leurs parcours, de déchirements en errance, de rencontres en opportunités. En restituant les multiples facettes de ces destinées, ce livre décline l’histoire des migrations en Méditerranée au féminin. Il refuse les clichés binaires qui opposent la migrante-victime à la migrante-héroïne pour adopter le point de vue de l’expérience des femmes.

13
Jan

L’épidémie n’est pas finie !

Expo

mardi 14 décembre

16h00 - 22h00

Mucem
Esplanade du J4
13002 Marseille

L’exposition « VIH/sida, l’épidémie n’est pas finie ! » retrace l’histoire sociale et politique du sida. Posant un regard à la fois rétrospectif et contemporain sur l’épidémie comme sur les mobilisations qu’elle a engendrées, elle souhaite elle-même contribuer à la lutte. En effet, mettre le sida au musée, ce n’est pas l’enterrer ; c’est réaffirmer au contraire toute son actualité, comme le montre le titre de l’exposition qui reprend un slogan historique d’Act Up : « L’épidémie n’est pas finie ! »

Portes ouvertes : accès gratuit pour cette expo dans le cadre des conditions habituelles d’accès au Mucem. L’exposition est visible du 15 décembre au 2 mai 2022.

En juillet 1981 est publié dans le New York Times le premier article de presse relatif au sida, évoquant des cas de cancer chez des hommes homosexuels. Si en 1983, on écarte l’hypothèse d’une maladie uniquement homosexuelle, on pointe alors du doigt les « 4H » : homosexuels, héroïnomanes, hémophiles, Haïtiens. La victime est aussi l’accusée et sa stigmatisation passe par des propositions de mise en quarantaine, des moyens disproportionnés de protection, et la réprobation de catégories sociales touchées et jugées responsables. Dans le même temps, la désignation de ces
« groupes à risques » va invisibiliser d’autres situations d’exposition au virus, dont témoignent l’activisme des femmes et les initiatives en faveur de la prise en compte des enfants et adolescents. L’épidémie est un choc pour la société, comme la maladie ou la séropositivité sont des chocs pour les personnes touchées. L’exposition revient sur l’impact de cet événement dans les trajectoires individuelles autant que collectives.

Que ce soit à une échelle locale ou mondiale, la lutte contre le sida a concerné de nombreux aspects de l’épidémie : scientifiques et médicaux, mais aussi politiques et sociaux, pour revendiquer l’action et l’attention des pouvoirs publics et refuser la stigmatisation des malades et des communautés. La mise au point de traitements plus efficaces à partir de 1996 marque une rupture. On voit des personnes « renaître » grâce au renforcement de leur système immunitaire et à l’affaiblissement de la réplication virale dans l’organisme, malgré un traitement contraignant et de nombreux effets indésirables. Mais l’accès aux médicaments est très inégal et l’ouverture des régimes de propriété intellectuelle devient une revendication majeure.

Des années 1980 à nos jours, l’épidémie a suscité maintes hypothèses sur son origine et de nombreux discours sur les moyens de sa fin. L’exposition apporte ainsi un éclairage sur ces différents récits, nous permettant d’aborder avec recul les savoirs du passé et les compréhensions du présent.

L’exposition interroge enfin l’héritage de l’épidémie, ce qu’elle a révélé, les avancées qu’elle a rendues possibles, principalement en termes de droits, mais également les reculs et les stagnations. Elle propose un bilan des luttes, de leurs victoires comme des obstacles toujours présents. En évoquant les leçons politiques du sida, elle pose des questions toujours majeures aujourd’hui, qu’il s’agisse des réponses sociales aux épidémies et à la gestion des crises sanitaires, ou de la manière dont d’autres affections chroniques ont bénéficié ou non de ce bouleversement des rapports de pouvoir entre médecins et patients.

L’exposition « VIH/sida, l’épidémie n’est pas finie ! » offre l’occasion de valoriser l’exceptionnel fonds constitué au début des années 2000 par le Mucem sur le thème du VIH/sida. Des banderoles, tracts, affiches, revues associatives, brochures et matériel de prévention, objets militants, vêtements, badges et rubans rouges, mais également des médicaments, photographies et œuvres d’art ont été collectés auprès de nombreuses associations de lutte contre le VIH/sida, permettant au Mucem de constituer une collection de référence à l’échelle européenne (plus de 12 000 pièces portées à l’inventaire). De nombreux prêts de particuliers et d’institutions viennent dialoguer avec cette collection pour permettre aux visiteurs de découvrir plus en détail l’histoire sociale de la lutte contre l’épidémie (440 objets ou œuvres présentés dont 300 issus des collections du Mucem).

Plus d’infos

14
Déc

Great Freedom

Projection-débat

jeudi 02 décembre

21h00 - 22h00

Cinéma La Baleine

Dans le cadre du festival KinoVisions, un festival de films de langue allemande, qui aura lieu du 30 novembre au 4 décembre.

Projection du film « Great Freedom » de Sebastian Meise (2021, 117mn), un film qui évoque  la condition des homosexuels dans l’Allemagne de l’après-guerre, passible d’emprisonnement selon le paragraphe 175 du code pénal. Le film a obtenu le prix du jury de la section Certain Regard à Cannes 2021.

Intervention de Christian de Leusse, président de l’association Mémoire des Sexualités.

Plus d’infos

02
Déc

Projections plurielles

Projection-débat

Du jeudi 25 au dimanche 28 novembre

21h00 - 22h00

Divers lieux de la métropole

Rencontres cinématographiques consacrées à l’égalité femmes/hommes proposées par Cinémas du sud & tilt

Au rythme d’un temps fort par mois sur chaque territoire de la métropole Aix-Marseille Provence, il sera proposé une programmation plurielle (projections, avant-premières, débats, rencontres, conférences, masterclass…) autour de quatre thématiques : l’égalité au travail, les violences faites aux femmes, le genre, l’inégalité femmes/hommes dans la ville.

Le week-end d’ouverture aura lieu du 25 au 28 novembre à La Ciotat et à Marseille.

25
Nov

Colloque sur les violences faites aux femmes

Rencontre-débat

jeudi 25 novembre

09h00 - 18h00

Le Cube - Aix-Marseille Université
29 avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence

colloque organisé par le Collectif aixois contre les violences faites aux femmes. Il y aura notamment un stand du Planning 13 sur place.

Inscription via le site HelloAsso

 

Télécharger le programme